comp_baker_g(1929-1988) Trompettiste, bugliste, chanteur, chef d’orchestre et compositeur de jazz américain.

«Disons que sa virtuosité est plus magique que technique», Ricardo Del Fra, bassiste, à propos de Chet Baker

Moins d’une année (de juillet 1952 à juin 1953), c’est le temps qu’il faut à ce jeune trompettiste au physique de playboy pour enregistrer une cinquantaine de titres dans les deux formations du saxophoniste-baryton Gerry Mulligan !
Même s'il joue et enregistre avec Charlie Parker dès son retour de l’armée en 1952 (réformé pour raisons psychiatriques après une désertion d’un mois), c’est à son solo dans My funny valentine qu’il doit son accession au statut de vedette.

Dés 1956, il enregistre beaucoup en compagnie, notamment, de partenaires tels que les saxophonistes Lee Konitz, Art Pepper, Bud Shank, Phil Urso ou encore le pianiste Bill Evans, mais ses activités sont souvent interrompues par des arrestations pour usage de stupéfiants. Il séjourne en Europe pendant quelques années, de 1959 à 1964, tourne et enregistre, fait de la prison en Italie et en Allemagne d’où il est expulsé vers New York.
Alors que les engagements en clubs et les enregistrements se font plus rares, Chet Baker tente de décrocher de la drogue quand, victime d’une agression à San Francisco en 1966, il a la mâchoire fracturée et perd de nombreuses dents. S’ensuit un silence de trois ans, au cours duquel il se désintoxique et réapprend à jouer tout en travaillant dans une station service.
C’est seulement en 1973 qu’il refait véritablement surface, notamment grâce au soutien de Dizzy Gillepsie.

Il joue pour la dernière fois à Paris, au New Morning, le 14 mars 1988, en compagnie du saxo Archie Sheep. Ses nombreux voyages s’achèvent deux mois plus tard, par une mystérieuse chute de la fenêtre de sa chambre d’hôtel à Amsterdam.

Nous avons aimé :

www.chetbakertribute.com

Informations supplémentaires

inline